Acheter du Monero (XMR)

Aujourd’hui parmi les crypto-monnaies les plus connues, Monero a été créé en juin 2014 sous le nom de Bitmonero. Son nom est symbolique et signifie “pièce” en esperanto, la langue du monde.

Dans une société de plus en plus publique, toutes nos données personnelles sont aujourd’hui connues, avec ou sans notre autorisation. Une transaction en XMR répond a la demande de confidentialité des consommateurs, en étant totalement intraçable.

Son succès est indéniable, puisque la crypto-monnaie figure maintenant parmi les dix premières capitalisées au niveau mondial.

Rang Site Vote Langue Avis S'incrire
1 etoro en français en français Etoro est une plateforme spécialement développé pour les débutant en matière de trading elle est simple d'utilisation et très intuitive. Cliquez ici
2 iqoption en français en français Sur IqOption vous pouvez investir sur le top 12 des crypto monnaies, celle avec le plus gros potentiel en 2018. AVERTISSEMENT DE RISQUE : VOTRE CAPITAL POURRAIT ÊTRE À RISQUE Cliquez ici

A la création

Contrairement à la plupart des monnaies virtuelles à ce jour, Monero possède aussi la particularité de ne pas avoir de limite d’unités générées. Il est prévu que 18,132 millions de Monero soient créés entre le lancement de la crypto-monnaie et d’ici 2022. A partir de là, la production se poursuivra de manière moins intense, avec 0,6 XMR créé toutes les 120 secondes.

Elle est issue d’un “fork” de Bytecoin et a d’abord été lancée sur Github, une plateforme coréenne. Pour rappel, un “fork” est un changement au niveau d’une monnaie virtuelle. Il peut être “soft” ou “hard”. Dans le premier cas, il s’agit d’une modification relativement superficielle et dans un simple but d’amélioration. Dans le second cas, il s’agit d’un véritable changement en profondeur. C’est ce qui s’est passé pour Bytecoin et la chaine de blocs a littéralement été scinde en deux : Bytecoin et Bitmonero.

Cette monnaie virtuelle se positionne sur le principe de la protection de la vie privée. Ses utilisateurs cherchent à conserver une certaine confidentialité dans les transactions afin de garder les habitudes de consommation pour soi. Cela peut être perçu comme une forme de protestation dans un monde ou la tendance est de suivre les faits et gestes de chacun, dans un souci de sécurité comme commercial.

Une équipe centrale de quinze personnes s’occupe du développement de la monnaie, mais est soutenue par environ 200 contributeurs. C’est le dénommé Ricardo Spagni, résidant aujourd’hui en Afrique du Sud, qui est au cœur de la monnaie virtuelle.

Confidentialité

Reconnu pour sa haute confidentialité, c’est un avantage majeur pour Monero. Effectivement, dans un monde où tout est remis en question et plus rien n’est prive, l’assurance de conserver certaines habitudes de consommation pour soi séduit.

Cryptonote

En comparaison à Bitcoin, c’est donc l’atout principal. En effet, si Bitcoin est supposément anonyme, il s’agit plutôt d’une forme de pseudonymat. Au-delà, Monero est aussi intraçable, grâce à sa technologie Cryptonote. Celle-ci est un protocole spécifique aux chaînes de blocs et qui se base sur trois actions afin d’assurer la confidentialité. Le “stealth address” (adresse furtive, one time public key) est une clé publique jetable. Elle crée une nouvelle adresse pour chaque transaction, ce qui protège le destinataire. La “ring signature” (signature en cercle) consiste à mélanger les transactions en forme un cercle. Plus clairement, lors d’une transaction, on regroupe des utilisateurs, leurs transactions sont mélangées afin de ne pas savoir qui en l’expéditeur. Enfin, les “Ring Confidential Transactions” ou Ring CT sont une mise a jour de Cryptonote par les développeurs. Elle permet de rendre invisible le montant de la transaction.

La fongibilité

La fongibilité est l’idée que quelque chose peut être échangée avec une autre, à partir du moment où elles sont de la même valeur et de la même nature. Concrètement, toutes les unités XMR sont égales les unes aux autres et il n’y a pas de raison de préférer un Monero au profit d’un autre. En effet, à titre de comparaison, sur Bitcoin, on peut tracer l’origine d’une unité. Si celle-ci est passée par un réseau mafieux ou toute autre activité illégale, il est fort probable qu’elle soit moins “appréciée”. Bien qu’elle reste un Bitcoin dans le titre, cela joue sur sa valeur. Quant à Monero, aucune transaction n’est traçable et est donc fongible. Chaque unité monétaire est égale à une autre.

Minage et rappel sur la preuve de travail

Tout comme Bitcoin, le développement du réseau Monero est effectué par minage et se base sur la preuve de travail (« proof of work »). Pour rappel, cela consiste en la résolution de calculs des transactions par des développeurs qui, en échange, sont récompensés par des XMR. Comme dit précédemment, il n’y a actuellement pas de limite. La quantité de Moneros générés augmente graduellement jusqu’à atteindre les 18,4 millions en 2022. Puis, le taux sera fixe, soit de 0,3 XMR généré par minute en sachant qu’un bloc est mine toutes les 120 secondes.

 

Toutefois, la taille de la chaîne de blocs peut gêner le minage. En effet, il est nécessaire de télécharger la blockchain entière avant de se lancer dans le minage. Or, celle-ci est très lourde en raison de la quantité considérable de blocs. Car le réseau présente aussi la différence de ne pas définir de taille limite pour chaque bloc. Ce sont donc les mineurs qui la définissent en y mettant les calculs. Néanmoins, ceux-ci sont pénalisés au fur et à mesure que la taille augmente. Leur récompense en est par conséquent de moins en moins intéressante. Les mineurs vont alors généralement travailler sur une taille de bloc relativement petite, ce qui augmente le nombre de blocs. En pratique, si une transaction de 100 XMR est envoyée, elle sera divisée en plusieurs petits envois de, par exemple, 20, 15, 25 et 40 Moneros.

Enfin, une fois la blockchain téléchargée, le minage en soi ne présente pas de difficulté particulière.

Points négatifs

Scalabilité et lourdeur du système

Certains aspects de la chaîne de blocs peuvent toutefois laisser sceptiques, à commencer par des détails techniques. L’équipe centrale parie beaucoup sur le futur et les innovations technologiques, ce qui est risqué.

Pour commencer, la scalabilité de la blockchain peut à long terme poser problème. En effet, le réseau est en constante extension et la blockchain a déjà atteint une taille considérable. Hors, comme mentionné plus haut, le minage exige de télécharger la chaine de blocs dans son intégralité au préalable. Dans ce cas, l’équipe de développement estime que de nombreuses mises à jour technologiques vont apparaître, et la bande passante, s’agrandir. C’est un pari assez incertain.

Marché noir

En raison de son anonymat, Monero est aussi utilisé dans l’internet noir pour certaines activités illégales. En effet, de nombreuses plateformes et sites de vente en ligne de marchandises illégales acceptent maintenant le Monero. Cela peut encourager de nombreuses dérives, à commencer par l’achat de produits illicites pour son usage personnel, au financement du terrorisme. Par ailleurs, il est possible que la popularité récente de la monnaie virtuelle y soit liée. Effectivement, le site Alphabay, spécialisé dans la vente de drogue et autres produits illégaux, avait depuis peu accepté le paiement en Monero. De même, d’autres sites de vente en ligne dans le marché noir y pensent aussi, s’ils ne s’y sont pas encore mis.

Toutefois, ces plateformes sont peu à peu fermées par les juridictions locales, comme ce fut le cas d’Alphabay. Il est tout à fait envisageable que celles-ci décident de surveiller les utilisateurs.

Pertinence de la monnaie

D’un point de vue analytique et en prenant en compte tous les facteurs susceptibles d’influencer, Monero est une crypto-monnaie particulièrement intéressante. Tout d’abord, elle est pertinente, car elle apporte une réelle innovation avec la confidentialité totale. Les utilisateurs et les transactions ne sont absolument pas traçables. A contrario, les transactions en Bitcoins peuvent être vues sur la blockchain.

De plus, la valeur monétaire a atteint un certain montant puisque le Monero a déjà dépassé 20 USD. Il n’en faut pas plus pour les investisseurs, qui sont maintenant rassurés. Un seuil est maintenant garanti et rend le Monero relativement stable,

 

Monero n’est pas qu’une blockchain, et est entre autres accompagné de son petit frère Kovri. Celui-ci reste dans la lignée du modèle Monero en termes de confidentialité. Il agit ainsi comme une garantie complémentaire et floute les transactions vers ou à partir de la plateforme. Il possède un autre point commun concernant ses origines en étant aussi le résultat d’une “hard fork”.

Enfin, la notoriété croissante de la plateforme et sa crypto-monnaie ne surprend pas. Elle n’est que la suite logique du sérieux dans le développement, à la pointe de la technologie et la gestion par des éléments expérimentés.

 

Choisir le bon moment pour investir dans une monnaie virtuelle doit être le résultat d’une analyse générale et constante. Au lieu de se fier uniquement aux fluctuations monétaires, d’autres facteurs sont prioritaires. Par exemple, il est indispensable de prêter attention à la technologie utilisée, les innovations, la fiabilité de l’équipe de direction… Acheter en se basant uniquement sur une montée de la valeur unitaire sans observation générale ou antérieure n’est pas suffisant. En effet, cette augmentation peut être due à un simple affolement de la bourse, ne répond à aucune problématique et, pire, peut redescendre immédiatement après.

 

COMMENTS

Mentions Légales